Badineries sur la contraception

Depuis une dizaine d’années j’étais sous pilule. Comme de nombreuses jeunes filles j’ai commencé par Diane 35, j’ai poursuivi avec son générique Holgyeme et depuis quelques années je prenais Desobel 20. Avec Desobel j’avais le sentiment d’avoir trouvé la pilule parfaite, je n’avais pas (ou peu) à subir d’effets secondaires indésirables liés à la prise d’hormones. Puis, est survenue la polémique relative aux pilules de troisième et quatrième génération.

En début d’année 2013 j’ai pris un rendez-vous avec mon gynécologue pour avoir une pilule de deuxième génération. Ce dernier, très compréhensif et accommodant n’a pas hésité une seconde à me prescrire Leeloo, pilule de deuxième génération que se sont vues prescrire la grande majorité des femmes ayant désiré changer de pilule pour les mêmes raisons que moi à cette époque.

Mon gynécologue m’avait alors dit que je n’avais absolument aucune raison de changer car je suis non-fumeuse, ne suis pas en surpoids et n’ai pas d’antécédents familiaux. Néanmoins, conciliant, il m’a prescrit Leeloo. Le moins que l’on puisse dire c’est que mon corps n’a pas très bien supporté cette pilule, cela s’est ressenti sur l’état de ma peau et sur ma libido… Bref, après six mois sous Leeloo, je n’avais plus qu’une idée en tête : arrêter les hormones.
Après quelques recherches, mon intérêt s’est porté sur le stérilet en cuivre, le seul moyen de contraception (hormis les préservatifs) à ne pas diffuser des hormones dans le corps. J’en ai parlé autour de moi, plusieurs de mes amies avaient déjà envisagé cette option mais l’avaient écartée au regard de ses inconvénients :
– on peut avoir mal lors de la pause,
– le mec peut sentir les fils et cela peut être douloureux pour lui,
– les règles abondantes provoquées par le stérilet cuivre.
De mon côté j’y voyais surtout les avantages:
– le fait qu’on le garde entre 3 et 5 ans,
– l’absence totale d’hormones,
– son prix relativement faible,
– contrairement à la pilule, ne pas avoir à y penser tous les jours.

J’avais déjà parlé avec mon gynécologue de l’hypothèse d’une pause de stérilet, j’avais compris qu’il n’y était pas opposé, bien au contraire. Afin d’avoir une deuxième opinion, j’ai pris rendez-vous avec une gynécologue, une femme donc. Celle-ci m’a déclaré qu’elle refuse catégoriquement et par principe de poser des stérilets sur des femmes nullipares (comprenez : n’ayant jamais eu d’enfants). D’un naturel curieux, je l’ai cuisinée pendant une demi heure (toutes mes excuses aux autres patientes qui attendaient leur tour dans la salle d’attente).Elle m’a expliqué qu’elle refuse de poser des stérilets (en général, pas seulement en cuivre) sur les femmes nullipares car cela leur fait risquer des infections pouvant entraîner la stérilité (trompes bouchées et autres joyeusetés). Car le stérilet maintient en permanence ouvert le « passage » entre le vagin et l’utérus. Plus précisément, avec un stérilet toutes les bactéries (?) et autres méchants-machins ont un accès direct à l’utérus (suivez le guide, c’est tout droit), alors que sans stérilet ils n’y ont pas accès.

Il y a un risque, mais quel pourcentage ?! Après lui avoir fait ma danse des sept voiles spéciale gynécologue, j’ai compris que le risque tournait entre 1% et 3%.

Elle accepte d’en poser sur les femmes ayant déjà eu un enfant, bien qu’elles risquent tout autant d’attraper des infections pour la raison ci-dessus expliquée. En fait, la seule raison pour laquelle elle accepte d’en poser sur ces dernières est qu’elles ont déjà eu un enfant et donc que c’est (apparemment) moins grave si elles deviennent stériles par la suite (un enfant, c’est toujours ça de pris).

La gynécologue m’a expliqué que c’est une nouveauté de poser des stérilets sur des femmes nullipares, qu’il y avait beaucoup de communications à ce sujet, encourageant les femmes à demander leur pose (tu parles de moi là?!) et incitant les gynécologues à accepter. Apparemment dans la documentation d’il y a 5 ans et + sur le sujet, il n’y est pas recommandé de poser des stérilets sur des femmes nullipares, bien au contraire. Tout cela pourrait donc bien être orchestré par les lobbies du stérilet (théorie du complot : ON).

Me voyant complètement désarçonnée, perdue entre ma volonté d’arrêter les hormones et les doutes qu’elle venait d’insuffler dans mon esprit malade, elle a croisé tous les facteurs et mes exigences dans un tableau excel fourni par la Nasa.

Puis, elle m’a proposé ce que je n’avais jusqu’alors jamais envisagé : l’anneau vaginal. La raison pour laquelle je ne l’avais jamais envisagé est qu’il s’agit d’une contraception hormonale (et je ne veux plus d’hormones remember?). La gynécologue m’a expliqué que ce contraceptif était très faiblement dosé en hormones, bien moins que toutes les pilules et qu’il avait l’avantage du stérilet : pouvoir être oublié, certes pas pendant trois ans, mais pendant trois semaines.

Grosso modo, on insère un anneau dans le vagin le jour où on avait prévu de commencer une nouvelle plaquette de pilule (il parait que ça s’insère aussi facilement qu’un tampon), on le garde trois semaines, on le retire pendant une semaine puis on en met un autre, on le garde pendant trois semaines etc.

Les inconvénients :
– le prix : la boite de 3 coûte 45 euros et n’est pas remboursée par la sécurité sociale; soit 15 euros par mois, soit 180 euros par an, soit 1800 euros tous les dix ans, soit… Okay j’arrête,
– le fait que le partenaire puisse (sans doute) le sentir pendant l’acte (mais contrairement au stérilet, ça ne lui fera pas mal),
– si j’ai bien tout compris, ça se conserve au réfrigérateur.

En définitive, elle m’a prescrit les anneaux et la pilule Désobel, pour que j’essaye les anneaux mais que je puisse revenir à la pilule (de troisième génération, mais que voulez-vous je vis dangereusement) en cas d’échec cuisant avec les anneaux. La gynécologue m’a dit que puisque je suis non fumeuse, que je ne suis pas en surpoids et que je n’ai pas d’antécédents familiaux, je prends autant de risques en prenant une pilule de troisième ou de deuxième génération… Et puis sinon il reste l’abstinence… just kidding !

Publicités