The Bling Ring (2013)

Après avoir longtemps hésité, (ce film vaut-il vraiment 1h30 de ma vie ?) j’ai regardé The Bling Ring de Sofia Coppola, tiré de faits réels.

La bande annonce : ici

Image

 

 

Le synopsis : Marc (Israel Broussard) découvre son nouveau lycée et est pris sous l’aile amicale de Rebecca (Katie Chang). Ils sont scolarisés dans un établissement pour lycéens en difficultés. Marc explique qu’il y est inscrit pour avoir été trop absent dans son ancien lycée et Rebecca pour y avoir apporté de la drogue. Néanmoins, ils ne semblent pas nécessiteux ou particulièrement déviants. Rebecca raconte à Marc qu’elle a déjà visité une maison pour y voler du cash et elle entraîne son nouvel ami à reproduire des vols dans des maisons dont les riches propriétaires sont en vacances. Puis, Rebecca a l’idée de « visiter » la maison de Paris Hilton (qui fait une apparition dans le film, pas rancunière). Rebecca présente Marc à ses amies : Nicki (Emma Watson), Cholé (Claire Julien) et Sam (Taissa Farmiga). La bande s’élargit et les amis cambriolent les maisons de nombreuses célébrités : Paris Hilton, Orlando Bloom, Rachel Bilson, Lindsay Lohan… Pour un butin d’environ 3 millions de dollars, jusqu’à ce qu’ils soient rattrapés par la police de Los Angeles et condamnés par la justice.

 Image

Les critiques qu’a réservé la presse à ce film étaient bonnes (Sofia Coppola est à la réalisation, tout ne pouvait pas être à jeter) mais pas dithyrambiques. Visuellement, le film est très bien ficelé, les plans ne sont pas transcendants mais recherchés, la photographie est nickel, les acteurs sont bons (pas l’ombre d’une Hermione Granger à l’horizon) en fait sur la forme en général, le film est impeccable. On retrouve complètement l’univers se Sofia Coppola, j’ai regardé les scènes de cambriolages/fêtes avec les scènes de shopping et fêtes de Marie-Antoinette (ici) dans un coin de la tête (d’ailleurs Kristen Dunst fait une apparition éclair dans The bling ring).

Image

C’est le fond du film qui m’a mise mal à l’aise : les deux tiers du film sont consacrés aux cambriolages, aux fêtes et aux parades de cette bande d’amis et un tiers seulement à leur arrestation. Quant à leur procès, on n’en voit uniquement l’entrée des différents suspects et leur sortie, pendant que le verdict de chacun est annoncé par une voix off. La première partie du film m’a dérangée, comme si le travail de la réalisation, des images, des acteurs était voué à rendre beaux et acceptables les vols commis. Du coup, mon angoisse s’est tue une fois qu’ils étaient (presque) tous arrêtés par la police.

Peut-être était-ce volontaire de la part de la réalisatrice : montrer des cambriolages sous formes de fêtes et essayer de nous donner envie d’y participer (vous l’aurez compris, ça n’aura pas tellement fonctionné avec moi)… L’un des personnages fait référence au mythe de Bonnie & Clyde et il faut sans doute creuser de ce côté là.

Peut-être suis-je devenue trop raisonnable (âgée, poussiéreuse… ?) pour me laisser emporter dans ce genre d’odes à la folle et insouciante jeunesse. Peut-être. En tout cas, ce film m’a donné envie de revoir Lost in translation, qui reste mon préféré de Sofia Coppola.

Publicités