Don Jon (2013)

Assez enthousiasmée par les critiques du premier film de Joseph Gordon-Levitt (et aussi par son casting, mais je développerai plus longuement ma passion pour Julianne MOORE à l’occasion d’un autre article), j’ai convaincu Monsieur A. d’aller voir Don Jon en ma compagnie (et ce n’était pas une mince affaire).

 

Image

Le pitch : un fêtard invétéré, accro aux films pornographiques (comme tout le monde en fait, n’est-ce pas M. Wauquiez), mais fidèle à son église et aux repas dominicaux rencontre LA femme de ses rêves : Barbara Sugarman (Scarlett Johansson). Ils entament une histoire d’amour et tout semble fonctionner, jusqu’à ce qu’elle se rende compte de l’addiction de son petit-ami…

La bande-annonce : ici

Monsieur A. n’a pas aimé le film, il l’a trouvé bancal. Quant à moi, j’ai trouvé le début trop lent, on connait plus ou moins le scénario grâce à la bonde-annonce, on attend que l’histoire décolle un peu, mais rien ne se passe vraiment. En fait, le film prend sa dimension au bout de 45 minutes environ (et cela correspond plus ou moins avec le moment où le personnage de Julianne Moore entre en « scène » – oui, je suis fan !)

Il y a des scènes franchement osées donc je vous déconseille vivement d’aller le voir en famille ou avec votre meilleur ami qui vient de commencer le séminaire. Sinon, l’ensemble reste assez léger et propose un détour plutôt sympathique vers le clivage entre la fierté des hommes quant à leurs atouts dans les performances sexuelles et ce que peuvent vraiment désirer les femmes. 

Image

Publicités