Le vent se lève (2014)

« Le vent se lève, il faut tenter de vivre » 

Paul Valérie

 

Ce weekend, j’ai eu la joie d’aller voir Le vent se lève, dernier film d’Hayao Miyazaki en famille. Depuis La princesse Mononoké nous assistons religieusement aux représentations de ses films et c’est toujours un régal de poésie et de musique.

la-mostra-de-venise-fete-les-adieux-de-miyazaki-sans-lui,M118666

Le synopsis :  dans le Japon des années 1920, Jiro, passionné par les avions devient un ingénieur aéronautique de génie, tout en vivant un amour pur pour une jeune fille qu’il avait sauvée lors d’un séisme lorsqu’il était étudiant. 

Le film donne une part importante au rêve dans la vie de Jiro, il y rencontre Giovanni Caproni, célèbre ingénieur italien qui concevait également des avions. Les deux hommes rêvent ensemble de leurs futurs modèles. On comprend qu’au delà de l’intérêt originel de Jiro pour les avions, sa carrière et son succès sont rendus possibles par cette part de rêve et par la force apportée par Nahoko, celle qu’il aime. 

Les avions sont conçus pour combattre l’ennemi lors de la seconde guère mondiale. Ce point était particulièrement intéressant car on n’a peu l’habitude de voir des films réalisés du point de vue des japonais dans leur alliance avec les allemands, puis les nazis, afin de développer des flottes d’avions de guerre. 

La bande originale est sans surprise la variation du thème qu’Hayao Miyazaki semble particulièrement affectionner et qui permet encore, de s’abandonner à la beauté et à la plénitude que propose ce dernier film. 

Ce film est émouvant (mais je ne suis peut être pas très représentative, étant donné que je pleure souvent, pour pas grand chose) car c’est un film d’amour, de passion et sur l’accomplissement d’un homme. C’est en cela à mon avis, qu’il parle et plaît tant aux adultes qu’aux enfants, chacun avec sa propre grille de lecture. Ma petite sœur qui est en maternelle avait beaucoup de choses à m’en dire à la fin de la séance et parallèlement, je ne me suis pas ennuyée une minute. Nous étions tous happés par les images et transportés dans le ciel nippon. 

Tout cela pour vous dire de foncer le voir, de mon côté, j’ai prévu de regarder à nouveau ses précédents films, pour m’évader et rêver, encore. 

La bande annonce : ici 

téléchargement

PS : je parle peut être trop cinéma en ce moment, mais des articles beauté arrivent bientôt !

Publicités